Page Facebook MG Corse

Prévention : bien choisir ses cosmétiques

Prévention : bien choisir ses cosmétiques
lundi, 16 juillet 2018

 

Il n’est pas rare que des substances toxiques se cachent dans les cosmétiques. Savoir les repérer est nécessaire pour bien choisir ses produits d’hygiène et de beauté.

 

Crèmes de soins, shampooings, maquillage, savons, gels douche, déodorants ou encore dentifrices peuvent contenir un, voire plusieurs ingrédients dangereux pour la santé. Des allergènes, des substances irritantes, des perturbateurs endocriniens ou des éléments identifiés comme cancérogènes possibles entrent en effet souvent dans la formule de produits que l’on utilise au quotidien.

 

Des promesses alléchantes et parfois trompeuses

 

Pas question, donc, d’acheter les yeux fermés. Un prix élevé ou une marque reconnue ne sont pas forcément des gages de sûreté. Ne vous fiez pas non plus aux mentions « testé dermatologiquement » ou « hypoallergénique », qui ne garantissent en rien l’absence d’allergènes. Attention lorsqu’un ingrédient naturel est mis en avant sur l’emballage, car il est possible que le produit n’en contienne qu’une infime quantité. Par ailleurs, l’indication « sans parabènes » ne signifie pas que le produit est au-dessus de tout soupçon : ces conservateurs sont généralement remplacés par d’autres produits chimiques tout aussi nocifs comme le BHA, suspecté d’être cancérogène et perturbateur endocrinien, ou le methylisothiazolinone, allergisant.

 

Décrypter les étiquettes

 

Pour être vraiment certain d’acheter un produit sain, il faut apprendre à déchiffrer les étiquettes. Comme pour les produits alimentaires, les ingrédients y sont cités par ordre décroissant de quantité. La revue 60 millions de consommateurs, qui a constaté que « les produits les plus vertueux avaient une composition plus réduite que la moyenne », recommande de privilégier les listes courtes (moins d’une dizaine d’ingrédients). Enfin, pour repérer les ingrédients naturels, meilleurs pour la santé, sachez que ces derniers sont écrits en latin. Le terme anglais qui leur est accolé détermine leur nature. Ainsi, le beurre de karité sera mentionné Butyrospermum parkii butter, et l’huile de coco, Cocos nucifera oil.

 

Une appli pour faire le tri

 

Il est vrai que décoder les étiquettes demande du courage… et de bons yeux ! C’est la raison pour laquelle l’association de consommateurs UFC-Que Choisir a lancé l’application gratuite QuelCosmetic. Armé de votre Smartphone, il vous suffit de scanner le code-barre du produit ou d’entrer son nom pour savoir immédiatement, selon que l’on est une femme enceinte, un bébé, un enfant, un adolescent ou un adulte, si celui-ci est sans danger. L’appli propose aussi une liste alternative de produits sans substances nocives.

 

Et les crèmes solaires ?

 

Indispensables pour se protéger des ultraviolets (UV), les produits solaires ne sont malheureusement pas toujours exempts de substances toxiques. Choisir une crème bio permet d’éviter les composés chimiques, car les filtres solaires des crèmes classiques peuvent contenir, en petite quantité, des perturbateurs endocriniens comme la benzophénone. Les filtres bio, eux, sont élaborés à partir de minéraux, mais ces derniers sont parfois intégrés sous forme de nanoparticules. Bien que les dangers des « nanos » sur la santé ne soient pas avérés, il est recommandé, par précaution, de préférer les crèmes aux sprays afin d’éviter tout risque d’inhalation, notamment chez l’enfant.